Les sourds sont visuels ! Un lien avec les intelligences multiples ?

On entend souvent : « les sourds sont visuels ». Ils développeraient le sens de la vision pour compenser l’absence de celui de l’audition. En fait, la réalité est un peu plus subtile puisque les personnes qui ont un sens altéré ne présente pas en général d’amélioration notable de leurs autres sens, mais  des modifications très spécifiques de certaines régions de leur cerveau. Petit tour d’horizon scientifique pour ensuite se poser la question : Y a-t-il lien avec leur intelligence visuelle-spatiale de la théorie des intelligences multiples ?

sourds_visuelsVision centrale, périphérique, cônes, bâtonnets…

Avant de commencer à rentrer dans les détails, je voudrais juste préciser quelques termes de vocabulaire concernant l’œil.

Sur la rétine de notre œil se trouvent des cellules nerveuses réceptrices sensibles à la lumière (photosensibles) : les cônes et les bâtonnets. conesbatonnets

Ces deux photorécepteurs n’ont pas la même utilité :

  • La vision périphérique est assurée essentiellement par les bâtonnets qui assurent la détection, entre autres, des formes, des contrastes et des objets.
  • La vision centrale est assurée, elle, par les cônes. Ces derniers perçoivent, entre autres, les couleurs et les textures.
  • Sur l’image, en rouge, vert et bleu, nous avons les cônes. Les autres récepteurs sont bien sûr les bâtonnets.

Plasticité, vicariance et Cie

Aujourd’hui, grâce à l’imagerie cérébrale, on observe que lorsqu’un sens est déficient, tout l’ensemble sensoriel se réorganise. Il s’agit du phénomène de vicariance sensorielle[1]. En effet,  la perte partielle ou totale d’une sensorialité, la vision ou l’audition par exemple, a pour effet de développer des compétences accrues dans les modalités sensorielles préservées.

airessensorielles

Ce processus de substitution est lié à la plasticité neuronale, c’est-à-dire à la capacité de notre cerveau à s’adapter en cas de détérioration de certaines parties du système nerveux. Il réorganise certains de ses réseaux de neurones.

(Bavelier et al, 2009) a mis en évidence que la surdité engendrait une amélioration de la vision périphérique (99% du champs de vision). (Cordina,C. et al,2010) a même précisé qu’il s’agissait de la vision périphérique inférieure. C’est en effet dans cette zone spatiale que les signes de la langue des signes sont effectués. Cette différence par rapport aux entendants pourraient être liée à un effet d’entrainement de la langue des signes plus qu’à l’absence de canal auditif. Ces modifications ne se retrouvent pas chez les personnes avec une surdité acquise. Les individus qui sont sourds depuis leur naissance tendraient à être plus sensibles à la lumière ou au mouvement dans leur vision périphérique que les entendants.

Quelques questions demeurent…

Mais qu’en est-il pour les personnes qui ont été appareillées tardivement. Y a-t-il une « inversion » de la plasticité cérébrale afin que l’aire corticale auditive retrouve pleinement son utilité ?  J’ai trouvé une réponse [ici] dont je vous extraits la partie intéressante pour notre question :

[…] pour les personnes sourdes de naissance ou avant l’acquisition du langage, un implant cochléaire posé à l’âge adulte ne permet pas de récupérer la compréhension du langage, mais uniquement la perception des sons. Le cerveau du sujet sourd pré-lingual s’est réorganisé et du fait de la surdité prolongée, le réseau auditif traite d’autres informations et les aires auditives ne peuvent pas récupérer leurs fonctions initiales.

Mais après appareillage :

L’ensemble de cette étude met donc en évidence que les phénomènes de réorganisation intermodalitaire induits par la surdité chez l’adulte et qui s’expriment par une colonisation des aires auditives par la vision, s’estompent au fur et à mesure de la récupération permise par l’implant, pour atteindre un motif proche de la normale.

Chez les personnes appareillées, un certain nombre utilisent tout de même la lecture labiale. D’autre part, bon nombre d’entres eux n’ont pas une restitution parfaite de l’audition. Y a-t-il tout de même une certaine compensation de la  vision observable par l’imagerie cérébrale ?

[L’étude citée ci-dessus] a tout d’abord permis de démontrer chez le patient sourd que durant un exercice de lecture labiale, les aires qui traitent normalement les informations auditives sont activées par les informations langagières visuelles.

 

Y a-t-il un lien avec les intelligences multiples ?

Si les sourds sont visuels, on pourrait naïvement penser qu’ils ont naturellement une intelligence visuelle-spatiale plus développée. C’était d’ailleurs une des hypothèses de départ de mon mémoire de CAPA-SH, émise pour justifier l’utilisation des cartes mentales avec les sourds. Il est clair que cette hypothèse est très discutable, d’autant plus avec des élèves sourds appareillés qui sollicitent au moins partiellement leur aire auditive…

En fait, il est difficile de voir une corrélation entre une augmentation de la vision périphérique chez une personne et une augmentation de son intelligence visuelle. En faisant un raisonnement par l’absurde, on pourrait penser qu’une personne aveugle ne possède pas ou peu d’intelligence visuelle-spatiale. Rien ne permet de le penser.

Pour aller un pas plus loin, dans leur article, Emmorey et Kosslyn (Emmorey ety Kosslyn, 1996) ont étudié les capacités « d’imagerie » des sourds. Ils ont conclu que les compétences en terme de transformation d’images étaient meilleures chez les sourds mais que les capacités de  génération d’images et de maintien en mémoire étaient les mêmes que les entendants.

A ce stade, donc, rien ne permet de considérer que les sourds ont une intelligence visuelle-spatiale meilleure que celle des entendants. En attendant,  en tant qu’enseignant, je ne peux que proposer des activités pour stimuler les différentes intelligences, comme avec des entendants et observer comment les élèves s’en saisissent.

Grégory Sainton.

Bibliographie

Pour plus de détails sur la vicariance sensorielle, on se reportera à la lecture de l’article http://www.cnrs.fr/insb/recherche/parutions/articles2011/p-barone.htm résumé d’un article publié en mai 2011 dans la revue Human Brain Mapping.

Dye MWG, Hauser PC, Bavelier D (2009) Is Visual Selective Attention in Deaf Individuals Enhanced or Deficient? The Case of the Useful Field of View. PLoS ONE 4(5): e5640. doi:10.1371/journal.pone.0005640

Bavelier D, Tomann A, Hutton C, Mitchell T, Corina D, Liu G, Neville H, Visual attention to the periphery is enhanced in congenitally deaf individuals. JNeurosci, 2000, 20:RC93 (1–6) : http://www.jneurosci.org/content/20/17/RC93.long

Codina, C., Buckley, D., Port, M. and Pascalis, O. (2011), Deaf and hearing children: a comparison of peripheral vision development. Developmental Science, 14: 725–737. doi:10.1111/j.1467-7687.2010.01017.x : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21676093

Neural organization of auditory cortex in congenitally deaf adults : vision, somatosensation, and altered perception. C. Karns, Society for Neuroscience Meeting 2013, 497.04.

Emmorey K., Kosslyn, S, Enhanced image generation abilities in deaf signers: a right hemisphere effect, Brain Cogn. 1996 Oct;32(1):28-44. http://www.academia.edu/9409849/Enhanced_image_generation_abilities_in_deaf_signers_A_right_hemisphere_effect 

Source image à la une : http://www.infobebes.com/Enfant/Loisirs/Quelles-activites-pour-mon-enfant/Activites-culturelles/Enfants-sourds-ou-malentendants

Publicités

2 réflexions sur “Les sourds sont visuels ! Un lien avec les intelligences multiples ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s