Démarche d’appropriation des cartes mentales auprès d’élèves sourds : quels bénéfices ? NRAS n°74

Voici un article que nous avons rédigé et qui est publié dans la Nouvelle Revue de l’Adaptation Scolaire de ce trimestre (n°74), éditée par l’INSHEA. Dans cet article, nous cherchons à montrer l’intérêt des cartes chez les élèves et particulièrement les élèves sourds qui présentent souvent un fort déficit lexical. Les cartes mentales semblent présenter une plus-value très prometteuse pour favoriser la compréhension, soit comme outil d’étayage, soit comme substitut permettant d’acquérir des connaissances sans passer par une forme textuelle. Cette forme schématique favorise également la mémorisation.

Pour les gens pressés : Lien direct vers l’article sur CAIRN.INFO [cliquez ici]

*

Chez les élèves sourds et malentendants l’apprentissage de la lecture est souvent un parcours périlleux notamment dans sa composante «compréhension ». Les travaux de Courtin, notamment dans (Courtin, 2002) l’illustre bien. Ces difficultés sont principalement liées aux déficits lexical et expérientiel de l’enfant qui engendre un retard de conceptualisation et de compréhension.

Au regard de la théorie des intelligences multiples (Gardner, 1996), chaque individu développe huit intelligences différentes.   Il est souvent postulé que les sourds ont une intelligence visuelle spatiale prépondérante, c’est-à-dire qu’ils ont une capacité accrue de créer des images mentales, de visualiser des idées. Nous avons repris ce postulat afin de nous interroger sur la pertinence d’utiliser des outils visuels pour améliorer la compréhension des textes et notamment pour favoriser le mouvement synthétique de lecture. Parmi les outils de schématisation existants, nous avons fait l’hypothèse que la carte mentale est un outil d’adaptation pédagogique.

Dans cet article, nous présentons notre expérience d’appropriation et d’utilisation des cartes mentales auprès d’élèves d’ULIS Ecole TFA de cycle 2 à projet oralisant, menée depuis la rentrée 2014 (Sainton, 2015). Ce travail a ensuite été étendu, à la rentrée 2015, aux élèves de la classe d’inclusion de CP dans le cadre d’une recherche-action de co-enseignement.

La première partie de cet article est consacrée à une brève description des cartes mentales. Ensuite, nous abordons la démarche d’appropriation et d’exploitation. Enfin, nous présentons l’utilisation d’un logiciel de création numérique utilisé en classe.[…]

 

Lien vers l’article sur CAIRN.INFO [cliquez ici]

 

Grégory Sainton.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s