Ça te dit de faire la classe à deux ?

Voici un article publié ce mois-ci dans le bulletin « Infos Ecoles Collèges » n°99 du syndicat SNUIPP du Val de Marne (94). C’est une description du projet de co-enseignement avec une présentation des premiers résultats.

Au cours de l’année 2015-2016, nous avons expérimenté un dispositif de co-enseignement, dans le domaine du français et de la pratique artistique. Nous étions partis du constat qu’il n’y avait pas assez d’inclusion en cycle 2, qu’il y avait une trop faible culture inclusive parmi les élèves. Ce projet a permis une inclusion simultanée de 4 élèves d’ULIS école TFA (ex CLIS 2 « déficience auditive ») plus de neuf heures par semaine, inclusion impossible sans la présence conjointe d’un enseignant spécialisé. Petit retour a posteriori sur ce projet…

MISE EN ŒUVRE DU PROJET

Le co-enseignement se définit comme un travail pédagogique en commun, avec un même groupe d’élèves, à la fois dans le temps et dans l’espace, soit à temps partiel, soit à temps complet.

Très répandue outre Atlantique, cette pratique est encore embryonnaire en France mais elle est aujourd’hui encouragée notamment avec la mise en place du dispositif « Plus de maîtres que de classes ».

Le classement en REP de l’école entraînant l’ouverture d’une classe et la diminution des effectifs en cycle 2 a favorisé la mise en œuvre de ce projet.

ORGANISATION DU DISPOSITIF

Pour nous, il s’agissait d’inclure simultanément 4 élèves de niveau CP dans tous les domaines du français et des pratiques artistiques, soit un volume horaire d’environ 9 heures par semaine. Compte tenu des temps de prise en charge (orthophonie, psycho…), cela représentait près de la moitié du temps des élèves en inclusion. L’emploi du temps de la classe était organisé de telle sorte que les autres élèves de l’ULIS étaient soit en inclusion dans une autre classe, soit en prise en charge.

Nos deux salles, contiguës, facilitait la circulation des élèves dans un sens ou dans l’autre.

La flexibilité du dispositif nous permettait, de présenter une séance en duo ou de prendre des élèves en groupes pour travailler, en ateliers, à faire de la remédiation, pour faire une activité préparatoire ou toutes autres activités décrochées. En groupe classe, le deuxième enseignant pouvait apporter une rétroaction quasiment en direct avec tous les élèves sans interrompre le déroulement de la séance. Il existe six organisations de travail différentes.

BÉNÉFICES ATTENDUS

Les élèves de l’ULIS bénéficiaient de ce temps très important d’inclusion tout en conservant une progression adapté à leurs besoins particuliers.

La préparation commune des séances entre les deux enseignants, nous a permis de construire plusieurs niveaux de différenciation (jusqu’à 4 niveaux différents). Les élèves bénéficiaient également du LPC (Langage Parlé Complété, outil de suppléance visuel pour accompagner la lecture labiale), pour leur permettre d’améliorer leur compréhension orale. On leur apportait, plus ponctuellement, de la LSF pour reformuler les consignes et permettre une meilleure compréhension notamment en littérature…

Les élèves de l’ULIS n’ont pas été les seuls à tirer profit du co-enseignement. Les adaptations apportées ont aussi été un plus pour les élèves de la classe de CP, surtout pour les enfants les plus fragiles : les groupes de travail étaient mélangés. Certains se sont même saisi du LPC en phonologie. La présence d’un second enseignant est également un avantage dans la classe ordinaire puisque le ratio élèves/enseignants est diminué et permet une meilleure prise en charge des élèves. C’est un point très important dans notre contexte spécifique de REP où la priorité doit être donné sur le lire, dire et écrire et où les effectifs doivent normalement être moins élevés qu’en cycle 3.

BÉNÉFICES POUR LES ENSEIGNANTS

Pour les enseignants aussi, l’expérience a été riche. Elle nous a montré que la préparation des séances était « assez » chronophage afin de fixer précisément le rôle de chacun, choisir la configuration la plus adaptée selon les objectifs de la séance.  Il nous a fallu harmoniser nos méthodes de travail, nos supports de présentation, notre matériel de manipulation… D’où d’importants échanges sur le plan pédagogique, sur les adaptations nécessaires pour un public d’élèves sourds… Il faut avoir le même regard porté sur l’élève.

Dans la mise en œuvre quotidienne, nous avons également toujours pris soin de ne pas figer un enseignant comme leader de la séance et un autre dans le rôle d’assistant : les deux enseignants pouvaient prendre en charge les élèves en difficultés, et pas uniquement l’enseignant spécialisé. Posture importante pour ne pas associer handicap et difficulté scolaire dans la tête des élèves.

Bien sûr, Il a fallu accepter le regard d’un autre enseignant dans sa classe, avec son lot de remarques. Cela signifie que le co-enseignement peut difficilement être imposé : il nécessite un climat de confiance, de bienveillance et de coopération.

RÉSULTATS APRÈS UNE ANNÉE ?

Nous nous étions fixés un certain nombre d’indicateurs pour analyser notre projet. Le tableau suivant les présente et met en regard les résultats que nous avons obtenus. Ces résultats sont très homogènes avec ceux que l’on peut trouver dans les articles relatant d’autres expériences de co-enseignement.

Indicateurs Résultats observés à l’issue d’une année d’observation.
Motivation des élèves d’ULIS à aller en inclusion. •     Pas de difficulté pour aller en inclusion (parfois plus problématique ailleurs).

•     La présence du référent ULIS est un plus. 2 enseignants référents désormais.

•     Amélioration de la participation des élèves sourds en classe.

•     Accroissement (encore faible) des échanges entre les élèves.

Acquisition des compétences de CP dans les domaines du français. •     2 élèves initialement sans conscience phonologique décodent des textes.

•     1 élève décode plus aisément sans fluidité.

•     1 élève lit avec fluidité.

Aide aux élèves de la classe ordinaire.

 

•     Les adaptations aux élèves sourds aident les élèves entendants en difficulté.

•     Tous les élèves entendants sont entrés dans la lecture (à des niveaux variables).

Améliorer le regard des élèves sur le handicap (tolérance, respect). •     L’objectif reste à consolider. Cet indicateur ne peut avoir d’effet que dans une politique globale d’école et à long terme.
Vers une culture inclusive ?

 

•     Initiation à la LSF et au LPC et ils sont sensibilisés quotidiennement à la surdité.

•     Pièce de théâtre qui inclue de la LSF et film d’animation interprété en LSF et sous-titré. (cf Youtube : « Le loup qui se perdait dans la forêt »).

•     Fort intérêt des parents d’ULIS et des parents des classes ordinaires pour le projet.

•     Mauvaise compréhension du projet de la direction de l’école.

•     Soutien de l’Inspection pour le projet (reconnu « projet innovant » par la CARDIE).

PERSPECTIVES

Le bilan du projet est très positif tant sur le volet pédagogique que le volet humain. Cette démarche aurait toutefois mérité au moins une seconde année d’expérimentation pour consolider les résultats. D’abord en suivant la cohorte d’élèves actuelle et, en testant le dispositif sur de nouveaux élèves afin de confirmer nos hypothèses. L’expérience n’a pu se poursuivre pour des raisons de mouvement.

Notre organisation était très spécifique et n’a pas vocation à être appliquée de manière identique ailleurs. Mais il existe beaucoup de variations possibles du co-enseignement pour pouvoir l’expérimenter ailleurs, dans d’autres conditions. C’est peut-être aussi un premier pas vers des dispositifs à plus grande échelle comme les dispositifs « classes ouvertes ».

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s